Test – Neo : The World Ends With You

Klelian

Intro:

Neo The World Ends With You est une préquelle à The world Ends With You (sorti initialement sur DS en 2008 et sa version “Final Mix” adaptée sur switch en 2018. Il s’agit d’un RPG au gameplay dynamique et au style très coloré et urbain japonais. L’histoire n’étant pas une suite directe, il n’est pas nécessaire d’avoir fait le premier opus pour la comprendre. Si toutefois vous êtes intéressé par l’histoire du premier, mais que vous manquez de temps pour faire un RPG, l’animé est diffusé sur Wakanim et permet une bonne familiarisation à l’univers.

Synopsis:

Rindo et Fret

Vous y incarnez un groupe de 2 jeunes garçons Rindo et et Fret, contraints de participer au jeu des Reapers dans l’Underground. Ce jeu auquel seuls les personnes passées dans l’au delà peuvent participer et qui consiste en l’accomplissement de missions journalières et la destruction d’Echos (monstres issus des pensés négatives des personnes du RealGround). Ils vont devoir s’adapter très vite car ils ont peu de temps pour gagner et risquent l’effacement définitif à tout moment.

Des Reapers (Shinigamis)
Des Echos (Noises en anglais)

Game design / direction artistique :

L’univers moderne en monde semi ouvert et très coloré dans un style urbain japonais dénote des classiques du RPG. Rappelons que derrière tout cela nous avons Tetsuya Nomura, créateur et réalisateur des Kingdoms hearts, et Gen Kobayashi dont on retrouve la pate graphique.


Les phases de dialogue sont ponctuées de nombreux portraits des personnages aux expressions variées et de bulles de dialogues toutes doublées en japonais et en anglais. On se trouve donc comme dans un manga.

La bande son contribue au style très jeunesse urbaine et à la dynamique du jeu, jamais lassante, elle permet une immersion d’autant plus importante.

Gameplay :

Contrairement à l’opus précédent, l’équipe dont vous aurez la charge ne sera plus de 2 joueurs mais de 4. Cela ouvre la porte à de nombreuses possibilités d’attaques et dynamise d’autant plus les combats.
Vos attaques sont définies par les badges que portent vos personnages : vous pourrez en obtenir sur vos ennemis en ville, en récompense de mission ou à l’achat dans les boutiques. L’ensemble des badges monte de niveau pour gagner en puissance et certains peuvent être upgrade (modifiant légèrement leur effet mais attaquant plus lourdement encore).

Exemples de badges

Comme tous RPG vous devez gérer votre équipement et vos statistiques:
La mode est très importante : la ville possède de nombreux magasins de vêtements et accessoires dans lesquels vous pourrez trouver de quoi vêtir vos protagoniste afin qu’ils bénéficient de bonus de statistiques. Attention cependant, vous n’aurez droit à ce bonus de statistiques que si vous avez assez de style (la statistique style).

Boutique de vêtements

Vos attaques sont uniquement dépendantes des badges équipés, donc vos personnages ne seront équipés d’aucune arme. Vous pourrez porter :

  • un couvre chef (casquette, chapeau…)
  • un élément de torse (t-shirt, veste, pull…)
  • un élément de jambe (jupe, pantalon, short…)
  • un élément de pied (chaussures, sandales…)
  • un accessoire (collier, sac, ceinture…)

L’augmentation de niveau n’améliorera pas vos statistiques et il faudra compter exclusivement sur la nourriture des restaurants de la ville pour obtenir des augmentations de statistiques permanentes. Autant dire que vous avez tout intérêt à vous remplir l’estomac dès que c’est possible!


Les combats sont extrêmement dynamiques et courts. Chaque protagoniste possède une attaque qui correspond à un bouton de la manette (plus par la suite) et il s’agit d’enchainer les attaques de chacun pour faire augmenter la jauge de combo qui, une fois à 100% vous permet de déclencher une attaques encore plus dévastatrice.
Ce grand dynamisme dans les combats tranche avec le coté plus lent des phases de dialogue. Toutefois il rend les combats peu lisibles.

Vous avez la possibilité de modifier en jeu le niveau de difficulté, ainsi que de modifier votre propre niveau en combat (cela influe uniquement sur vos pv) afin d’augmenter le taux de récupération des objets sur les ennemis. Il est également possible de faire des combats “à la chaine” afin d’encore augmenter ce taux de récupération. L’idéal si vous avez besoin d’argent ou de badges, ou si vous avez simplement envie d’un peu de défi !

Petit bémol sur la mini-map qui n’est pas forcément orientée dans le même sens que le plan de la ville dans lequel vous vous trouvez ce qui peut porter à confusion quand vous cherchez votre chemin !


Les interactions avec les habitants du RealGround sont variées: du simple scan (lecture de pensées), à la reconstitution de souvenir, l’exorcisme, le voyage dans le temps pour changer le destin…chaque personnage a sa spécialité.

Pouvoir de reconstitution de souvenir de Fret
Pouvoir de changer le destin de Rindo

What else ?

Vous serez servis si vous avez la collectionnite aigue ! Les bandes sons, les mémos de tips de jeu, les badges, les vêtements et accessoires… tout est consigné dans les archives ! Amateurs de 100% ? C’est par ici !

On peut se délecter d’avoir affaire à des protagonistes qui ne vous dorlotent pas. Dans ce jeu, personne ne vous dit que vous êtes l’élu et que seul vous êtes capable de sauver le monde. On vous dit qu’il faut clairement vous bouger si vous ne voulez pas être effacé définitivement, et on vous le dit cash. J’aime particulièrement cet aspect des interactions !

Conclusion

Neo : The World Ends With You est dynamique dans ses combats et prenant dans la narration stylisée manga de son histoire. L’exploration ne sera pas infinie car l’action ne se passe que dans une ville : Shibuya, mais elle sera agrémentée d’une bande son motivante. Le jeu offre beaucoup d’options de personnalisation de gameplay et de combos grâce au système de badges malgré un système de combat parfois dur à lire. Il promet du temps à passer pour les amateurs de 100% et les dialogues ne vous brosseront pas forcément dans le sens du poil ! Merci Square Enix !

Laisser un commentaire

Next Post

Revita un jeu qui joue avec votre vie.

Un jeu indépendant développé par Benstar, un développeur allemand qui a travaillé seul sur ce projet et édité par dear villagers (le donjon de naheulbeuk, edge of eternity, scourge bringer), sorti le 3 mars 2021 sur PC. Dans ce jeu vous incarnez un jeune garçon anonyme, cet enfant a perdu […]

Suivez nous aussi sur youtube