Review de Voice of Cards, The Forsaken Maiden

Klelian 1

Intro

Suite au succès de Voice of Cards The Isle Dragon Roars, Square Enix a décidé de remettre le couvert du jeu de cartes qui n’est pas vraiment un jeu de cartes avec Voice of Cards The Forsaken Maiden. Toujours chapeauté par l’équipe derrière les NieR, les cartes et le narrateur nous emmène dans cette nouvelle aventure !

Synopsis

L’histoire de Voice of Cards: The Forsaken Maiden prend place dans un archipel isolé, chaque île étant protégée par une prêtresse depuis des générations. Cependant l’île centrale de l’archipel, privé de prêtresse risque désormais la destruction. Le héros de l’histoire jure de sauver ces habitants et prend la mer avec Alva, une jeune fille qui aurait du mais n’a pas pu devenir la prêtresse de l’île. La jeune fille, muette doit obtenir les reliques de l’ensemble des autres prêtresses de l’archipel afin de restaurer la prospérité de l’île. Histoire plutôt classique et événements plutôt prévisibles.

Game design

A l’instar de son prédécesseur tout dans cet univers est une carte, chaque parcelle du monde est une carte, les PNJ sont des cartes, vos personnages sont des cartes, les objets, les attaques, les menus, tout est une carte. Un visuel étonnant mais qui a fait ses preuves et fonctionne tout autant dans cet opus!

Nous sommes toujours accompagnés du narrateur (voix anglaise et japonaise) qui nous emmène dans cet univers peu commode, je regrette cependant que les nombreuses notes d’humour et le ton parfois sarcastique du narrateur dans le premier opus se soit un peu perdu dans ce dernier.

La bande son toujours immersive et qui ne manquera pas de vous rappelez NieR est toujours présente et c’est un régal auditif.

Les visuels peuvent être modifiés, certaines actions dans le jeu vous permettront de débloquer de nouveaux visuels, le jeu est aussi disponible avec un DLC qui comprend des visuels (dos de cartes, pions, tenues pour vos protagonistes).

Gameplay

En terme de gameplay, on se trouve dans un RPG au tour par tour. La recette n’est pas modifiée vis à vis du premier, à la différence que les prêtresses de l’archipel ont un gardien avec lequel elles partagent un lien unique et ce lien leur permet de lancer des attaques en duo plutôt puissantes (moyennant quelques gemmes).

Vous vous déplacerez dans l’univers du jeu sous la forme d’un “pion”. Les rencontres aléatoires sont de mise sur la carte du monde et dans les zones “donjons”. Le monde est cependant vite limité (l’archipel) et les bords de ce monde se coupent brutalement comme si la terre était plate et que vous en atteigniez la limite (Il n’y a pas toujours un décors infranchissable) .

Vous tomberez aussi sur divers cartes événements vous permettant soit d’obtenir un petit bonus ou, au contraire, vous mettant dans l’embarras. Vous saurez donc assez vite si vous êtes du genre chanceux ou non!

Certaines scènes demanderont de votre part des interventions, des choix. Choix qui à mon grand regret ne sont que des apparences puisque bien souvent, si vous faites le mauvais, le jeu trouve une parade pour vous emmener vers le bon. Vous ne prenez donc pas de risques, ce qui a tendance à limiter votre implication dans l’histoire du jeu. Je trouve dommage qu’un mauvais choix ne soit pas punitif, cela enlève l’intérêt de demander au joueur de choisir.

Conclusion

Tout comme l’opus précédent, je trouve lent le déplacement au pion. Je suis plutôt perplexe face à ces choix qui parfois n’en sont pas vraiment ainsi que face au bord de map trop brutaux. Je regrette fortement que le sarcasme du narrateur soit moins présent dans cet opus. Toutefois, l’histoire (bien que sans prétention) et l’univers restent immersifs et agréables. Voice of Cards The Forsaken Maiden est donc un jeu sur lequel vous pouvez vous poser sans trop réfléchir et sans vous mettre la pression !

One thought on “Review de Voice of Cards, The Forsaken Maiden

Laisser un commentaire

Next Post

Ember knight, petit chevalier deviendra grand.

Disponible le 20 avril en Early Access sur steam. Ember Knights est un rogue-lite, développé par Doom Turtle et édité par Asmodee Digital, jouable de 1 à 4 joueurs, où l’on incarne un chevalier légendaire, prêt à tout pour combattre le sorcier fou Praxis et ses hordes de démons inébranlables. […]

Suivez nous aussi sur youtube