Review Autobahn Police Simulator 2 (version Switch)

Klelian

Z-Software, le studio allemand qui a produit sur PC Emergency Ambulance Simulator, encore Ropeway Simulator (et qui a donc un poil d’expérience dans le domaine de la simulation), porte son jeu Autobahn Police Simulator 2 sur Nintendo Switch plusieurs années après être sorti sur PC (décembre 2017).

Synopsis

Dans Autobahn Police Simulator 2, vous aurez le rôle d’une nouvelle recrue de la police des autoroutes et vous devrez y faire respecter la loi et parfois mener des enquêtes. Jeu de simulation donc, comme son titre l’indique, avec un petit coté scénarisé tout de même, des dialogues de mission doublés en anglais (avec sous titrage français qui n’est pas activé de base donc pensez à le faire dès le lancement du jeu si vous voulez comprendre votre première mission) !

Gamedesign

Le trafic routier inexistant

D’un point de vue d’une joueuse habituée aux graphismes pas forcément poussés de la console (switch), je dois dire qu’Autobahn est vraiment en retard sur son temps.

Vos mouvements de caméra vous feront passer au travers de votre personnage à maintes reprises, les décors sont vides, sans détails, la game de couleur est terne, les textures pixélisées, les autoroutes sont dépeuplées. Le personnage qu’on contrôle à la 3 ème personne est complètement raide, rigide comme un robot. Les visages sont sans vie et les expressions ternes.

A titre indicatif, voici un aperçu du jeu sur pc et X box One (même si évidemment la puissance des machines n’est pas comparable).

Plus de comparaisons avec un jeu considéré comme joli sur la switch, sorti en 2016 : Zelda Breath of the Wild et un autre jeu de la plateforme, considéré comme moche pour sa date de sortie (2022) : Pokémon Arcéus.

Allez, y’a pas que les graphismes qui comptent, on continue la découverte!

Coté scénario et missions scénarisées ça donne quoi?

On débute le jeu sur une mission tuto scénarisée dans laquelle on recherche un vilain pas beau qui jette des projectiles sur les automobilistes. En fouillant très succinctement la scène du “crime” on trouve un paquet de cigarettes (d’une marque si peu rependue qu’elle n’est vendue que dans un seul endroit ! Sacré hasard hein ? C’est notre coéquipier qui nous l’apprend car un autre heureux hasard fait qu’il fume cette même marque de cigarettes et sait donc où on la vend ! Incroyable). Arrivés à la boutique, le vendeur se souvient très clairement de la SEULE et UNIQUE fois de la semaine où il a vendu ces cigarettes et a un super cliché partiel du visage de l’acheteur sur la vidéo-surveillance du magasin… Tout se déroule pour le mieux donc, dans un monde où le hasard fait bien les choses !

Comprenons donc qu’il n’y a pas grand chose à attendre de cette partie scénarisée même si il faut souligner qu’il est quand même agréable d’avoir un peu de scénario dans un jeu de simulation.

Le gameplay / la maniabilité

Si l’on passe l’aspect graphique, la prise en main c’est comment ?

La maniabilité du personnage est très raide, tout comme celle de la voiture, le stick est super sensible et si ça ne pose pas trop de soucis sur les portions d’autoroute très peu peuplées à pleine vitesse; on serre les fesses quand on veut prendre les voies uniques d’échangeur. Le moindre coup de stick, si léger soit il, et la voiture tape la rembarde.

Le peu de voitures présentes sur votre trajet ne réagira absolument pas à la mise en route des gyrophares et des sirènes, ou alors de très très proche et cela causera facilement des décrochés dangereux de dernière minute.

La voiture subit des dommages lors des collisions sous forme d’un compteur de dégâts en pourcentages. Ce qui est surprenant c’est que la voiture ne change pas d’aspect selon ces dégâts et que le compteur diminue au fur et à mesure du temps passé sans prendre de dégâts (très très rapidement même). Cet aspect, vous le comprendrez, ne fait pas très réaliste pour un jeu de simulation. Si on ajoute à cela que percuter d’autres véhicules ne perturbe pas la circulation ni ne déclenche de scènes pour faire un constat… On est davantage dans le jeu d’arcade “va d’un point A à un point B” que dans de la simulation pour ma part.

Ah ! Je vous ai dit qu’en percutant un poids lourd je suis passée sous lui avec mon véhicule, puis nous avons tout deux repris nos routes respectives…. Le réalisme repassera.

Une fois les lieux “découverts” on peut s’y rendre par téléportation/déplacement rapide, ce qui est un vrai soulagement tant les kilomètres à parcourir pour rejoindre la destination semblent “à rallonge” même en roulant à 220km/h.

Je ne pourrais malheureusement pas vous dire grand chose de plus sur le gameplay… Sur moins d’une heure de temps, le jeu a crash deux fois. Il est clair que le jeu n’est pas débugué sur la plateforme et qu’il nécessite d’urgence une mise à jour pour être jouable dans des conditions décentes.

Conclusion:

Une version Switch qui est donc complètement au rabais, quand on sait que le jeu sur d’autres supports est plus joli, plus maniable, moins bugué. Le concept est pourtant intéressant et l’intégration d’un petit scénario est agréable. Si le jeu vous intéresse, je ne saurai que vous conseiller de ne surtout pas le prendre sur switch !

Laisser un commentaire

Next Post

Review de Voice of Cards, The Forsaken Maiden

Intro Suite au succès de Voice of Cards The Isle Dragon Roars, Square Enix a décidé de remettre le couvert du jeu de cartes qui n’est pas vraiment un jeu de cartes avec Voice of Cards The Forsaken Maiden. Toujours chapeauté par l’équipe derrière les NieR, les cartes et le […]

Suivez nous aussi sur youtube