Connecte en tant que
[Test Pc indy] Heavy bullet
ParVandryel Date 10 Juin, 2014 At 05:26 | Categorie News Jeux indépendants, News pc, Test jeux independants, Tests pc | Avec 0 Comments

Salut à tous bande de fou psychédélique !
J’ai récemment fait un trip bizarre, je ne sais pas ce que j’avais pris mais je me suis retrouvé dans un bâtiment, dans lequel il y avait une forêt, et je devais réparer un bidule perdu dans le fin fond de l’immeuble forestier. En plus mes yeux me jouaient des tours, je voyais des couleurs sur les murs et dans les plantes comme dans une chambre avec une lumière noire (souvenir des 80’s).

Oui, jouer à Heavy Bullet nous donne l’impression d’être dans les années 80 sous effet de psychotrope. Rajoutez à ça une pression qu’on vous fait ressentir tout le long des niveaux, et vous aurez une idée de ce que le jeu peut donner.

On se sent vraiment dans un monde différent au début c’est dépaysant, limite troublant, mais on s’y fait vite et on se surprend à apprécier les nuances de couleurs, à y trouver une dimension spéciale.

 

HeavyFeature-600x250

                                                                  Bisou?

 

 

La musique du jeu quant à elle est unique, c’est un mélange de beaucoup d’instrument et qui ne suit pas vraiment une mélodie comme on l’entend, j’ai limite envie de dire que c’est le genre de musique « expérimentale » qu’on peut trouver dans les bars intello New Yorkais tard la nuit.

Sinon mis à part les couleurs du jeu, les graphismes sont assez cubiques mais très représentatif de ce qui se faisait à une certaine époque. Un mélange de jeu récent et de nostalgie. Ce jeu veut nous retourner la tête et il y arrive très bien !

Le principe du jeu est simple en soit, c’est un FPS/rogue like, pour ceux du fond qui ne suivent pas, comprenez par là qu’on se balade avec un flingue dans des niveaux générés aléatoirement et si on meurt, on recommence tout.

Et recommencer vous allez le faire, encore et encore et encore, la difficulté de ce jeu est très élevée alors les bisounours passez votre chemin, Heavy Bullet c’est pour les gamers, les VRAIS, avec le paquet de chips, le cola et le cendrier plein à côté du pc (stéréotype spotted).

En plus d’être difficile et de vouloir votre mort, le jeu vous met une pression d’enfer. Entre les bruits des ennemis qu’on entend d’assez loin, la musique qui vous retourne le cerveau, et surtout…SURTOUT les vers !
Si jusque-là l’idée d’un vers de terre ne vous rend pas fou à lier c’est que vous n’avez jamais joué à Heavy Bullet. C’est monstres qui se planquent dans les buissons et qui attendent que vous passiez à côté pour vous bouffer. Je ne sais pas combien de fois j’ai sursauté et même poussé laissé un cri s’échapper à cause de ces saletés, je les HAIS ! Et vous allez les haïr aussi, mais vous allez aimer ça je vous le garantie !
Mais heureusement qu’on a de quoi les pourrir comme il faut, notre arme principale est un pistolet. Pas une arme de poing bidon et commune non non, trop facile ça, ici il s’agit d’une arme ou une fois les balles tirées, on peut aller les ramasser et les réutiliser. Notre chargeur ne contenant que 6 balles, on se retrouve à compter chaque balles et amener une gestion de munition assez pointue, car on ne peut recharger qu’une balle à la fois au début. Alors on sert les fesses et on essaie de ne pas gaspiller tout notre stock n’importe comment en plein combat, sinon on va devoir courir comme des pingouins au milieu d’un stand de tir pour récupérer les balles.
Bien sûr comme dans tout Rogue-like on peut récupérer des améliorations pour que les ennemis subissent aussi un peu la douleur ! Entre le magnétisme qui ramène les balles et l’argent à soi, à des bombes et autres roquettes on a de quoi s’amuser !

De plus il y a un système de banque, on peut y déposer de l’argent lors d’une partie, et le récupérer après notre mort. Alors à vous de savoir quand vous pouvez vous passer d’argent… ou pas.

J’y ai passé quelques heures et en conclusion, ce jeu est un très bon rogue-like et vous n’aurez de repos qu’après l’avoir dompté, mais pour ça il va falloir entrainement, rigueur, et un cerveau à l’épreuve des années 80.

Si vous êtes en manque de jeu à qui il faut « montrer qui est l’homme ici » vous pouvez y allez les yeux fermés, et bon courage !

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Par -


Close
N'hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux
By clicking any of these buttons you help our site to get better