Les huit salopards : un western bavard et qui fait parler

arsouille

les-8-salopards-header

Je l’attendais et voilà c’est fait j’ai enfin pu voir le dernier film de Mr Tarantino : les 8 salopards

Nous voilà transportés dans le blizzard d’une Amérique d’après-guerre de sécession avec un film quasiment à huis clos et construit comme une pièce de théâtre .Comme c’était le cas avec son précèdent film « Inglorious Basterds », il a découpé son film en chapitres plus ou moins longs et intéressants. Des décors extérieurs magnifiques presque immaculés.

8-salopardsTout commence avec la rencontre entre un chasseur de primes(Kurt Russell) et sa prisonnière complétement folle(Jennifer Jason Leigh)qu’il amène à son lieu de pendaison, un “major” a la peau noire (Samuel L. Jackson), un shérif novice ayant appartenu à l’armée des confédérés (Walton Goggins) . Mettez-les dans une diligence et régalez-vous des jeux de dupes, cache-cache sur un fond d’extrême méfiance, chacun raconte son passé vrai ou faux, des dialogues plus ou moins cinglants et provocateurs. Dans cette diligence, ça part dans tous les sens même si le temps semble juste un peu long .
Cette lenteur on la retrouve aussi à la fin de la première partie quand la diligence est arrivée à la « nursery de Nini »et que l’on nous présente l’endroit et les nouveaux protagonistes qui eux aussi ont leur petite histoire à raconter et surtout on sent bien la pression monter pour savoir d’où tout va partir.

les-huit-salopardsBien évidemment ,si la première partie fut plus basée sur cet enchaînement de propos, de déductions et de théories, et à ce qu’il va déclencher en terme de réactions, le plus souvent radicales et imprévisibles, il faut s’attendre à rattraper le retard sur le côté « boucherie » des films de Tarantino dans cette deuxième partie et là j’ai envie de dire on est servi même s il y a moins de blabla et de finesse ,on garde l’intrigue au plus haut avec moult rebondissements qui nous surprennent à chaque coin de la pièce tant on ne s’y attend pas .

Pour moi ce film est tout simplement du Tarantino à l’état pur mais quand même en dessous d’un Inglorius Basterds ou d’un Django Unchained mais il est digne de la lignée des films de ce réalisateur qui ne cesse de nous surprendre à chaque film qu’il sort

C’est toujours dur de mettre une note mais si je devais en mettre une ce serait un 4/5

Laisser un commentaire

Next Post

Interview de Nicola Debandt Auteur de Xenome

Salut a tous après une petite absence je reviens avec de nouvelles vidéos en poche et principalement des interview centrées sur l'univers geek dont voici la première: une interview de Nicolas Debandt écrivain et auteur de romans de science fiction

Suivez nous aussi sur youtube